Somewhere somewhere else.

Je suis.

Page suivanteArchives

blooom:

Gérard Schlooser
Je ne pouvais pas savoir (I Could Not Know), 2011
Acrylic on canvas with sand

Fragments.

[…] Il est immortel, plus rien n’a désormais d’importance. Au début, il trouve ça cool, comme une nouvelle mode. Il expérimente ce qu’il trouvait dangereux, comme le saut en parachute ou le saut à l’élastique. Il essaie même sans élastique pour voir. Un mois à l’hôpital pour resouder ses os cassés. Même pas drôle. Il est lassé. Inventer un nouveau courant pictural n’a rien changé. Apparemment, la peinture en trois dimensions n’intéresse pas les gens. Plus rien ne les intéresse, ce sont vingt-huit milliards d’existences creuses, dont trois fabriqués en laboratoire, japonais ou chinois, américain peut-être. “Je ferai ça demain, après-demain, dans un siècle.”, entend-on souvent. Pourquoi râle-t-il, pour une fois qu’il a le temps de prendre son temps, ou une douche matinale de plus de trois minutes ? Trop de temps tue le temps, il veut vivre à nouveau.

[…] Et puis après, l’Univers se fige dans la constance. Plus rien n’est marquant. Peut-être l’inauguration d’Universalis, la première métropole extra-solaire. Tout se déporte, les matériaux, les dettes, la vie. Même la guerre, puisqu’un conflit entre Mars et Jupiter a éclaté pour savoir à qui l’astéroïde kuiperien AX-B12 et son cristal de matériau inconnu appartiendrait. L’intolérance aussi a été exportée, on a recensé sur la Lune des cas de discriminations envers les enfants nés de parents terriens. A part ça, rien d’extraordinaire. Plus personne ne meurt, plus personne ne naît, plus personne ne vit. Le suicide est puni par la loi. Des scientifiques cherchent en cachette un remède à l’immortalité, mais ne le trouveront pas. D’autres proposent des idées pour relancer l’humanité. Un troisième sexe peut-être ? Puisque les hommes et les femmes ne couchent plus ensemble, par manque d’envie. Plus personne n’a envie de cet autrui qui lui ressemble à 99,99[..]99% (ce qui fait 100% si on en croit les mathématiques), et les études affirment que plus d’un humain sur deux est un robot. Chacun reste alors seul chez soi à se masturber par pur souci physique. Nouveau rituel contre la frustration de la vie qui ne satisfait que l’entreprise pornographique. L’amour est éphémère, c’est pour ça qu’il est amour, c’est pour ça qu’il n’existe plus. Tout est mécanisé. Les émotions sont les seules qui arrivent à se tuer elles-mêmes. Plus de la moitié de l’humanité est un robot ? Tout le monde ouais. Sans sentiments ni identité. Des machines. Nous les avons créées et nous avons fini comme elles.

oenyx:

hexeosis : 03:18
Signal
tuxoo:

Tuxoo de Santiago
tooweirdto-live-toorareto-die:

▲
plasmatics-life:

{ Powerful Gam } x Mike Zimmermann

(Source : vkinna)